KUPKA Frantisek

1871-1957

František Kupka, dit François Kupka, est né le 22 septembre 1871 à Opočno en Bohême Orientale, aujourd’hui République Tchèque.
Il étudie à l’Académie de Prague de 1889 à 1892. Il s’inscrit ensuite à des cours de peinture à Vienne, il dessine et peint des portraits. Il s’initie en même temps à la philosophie, la littérature, l’histoire naturelle ou encore l’occultisme.
Kupka s’installe à Paris en 1896. Il gagne alors sa vie en tant qu’illustrateur, mais continue de peindre. Il réalise des affiches pour des cabarets comme Le Chat Noir ou l’Âne Rouge, et réalise des dessins satiriques pour diverses publications dont « L’Assiette au beurre » et « L’illustration ».
Il compose également de nombreuses gravures et dessins pendant cette période, et se tourne vers l’illustration d’ouvrage littéraire.
À partir de 1906, il décide de suivre des cours de sciences naturelles à la Sorbonne, convaincu que cela peut l’aider à perfectionner son art.
En 1909, il peint ses premières structures verticales et géométriques, sans perspectives.
Kupka se tient à distance des mouvements picturaux de l’époque, notamment le cubisme, et défend sa position de précurseur dans la peinture de l’époque. Il a également la particularité de ne pas dater ses toiles, comme Georges Braque.
En exposant deux grandes toiles non figuratives au Salon d’automne de 1912, Kupka se révèle comme l’un des protagonistes majeurs de la peinture abstraite. C’est la première fois que des œuvres non-figuratives sont exposées en France et les critiques sont négatives.
En 1913, l’artiste publie La Création dans les arts plastiques, ouvrage dans lequel il expose ses théories sur la peinture. Il défend également une conception non illusionniste.
En 1931, Kupka est invité à fonder une société internationale des artistes non-figuratifs, nommée l’Association Abstraction-Création, avec Théo van Doesburg, Hans Arp, Auguste Herbin, Alberto Giacometti, Jean Hélion. Il est membre du comité directeur.
Après la guerre 39-45, l’œuvre de Kupka trouve une certaine reconnaissance.
En 1946, il prend part au premier Salon des Réalités Nouvelles, pour lequel il sera un exposant régulier jusqu’à sa mort.
Kupka meurt le 24 juin 1957 à Puteaux, en banlieue parisienne, où il vivait depuis 50 ans.